Faciliter l'organisation de vos vacances, à pied, à vélo ou autrement
PARCOURIR en liberté LA FRANCE ET SES TERROIRS

La vigne marque profondément la vie et la physionomie d'un terroir. Chacun y imprime son caractère. Le paysage, comme le vin, change de robe ; les maisons, les hameaux revêtent le costume local. Découvrez les vignobles de France, le temps d'un week-end, d'une semaine, ou plus, en Bordelais, Bourgogne, Beaujolais, Champagne, Côtes-du-Rhône, Provence, Languedoc, Rouissilon....

Vignobles

LES VIGNOBLES DU BORDELAIS

Partez à la découverte d’un des plus grands vignobles du monde, le Bordelais, qui s’épanouit dans un décor d’une beauté exquise et sans cesse renouvelée : plateaux, vallées, collines, coteaux, rivières et estuaire, mais aussi châteaux, cités historiques, citadelles, églises... Vous verrez tout cela et bien davantage, et puis prendrez le bac, marcherez sur la corniche... Allant de Médoc en Graves, de Lalande en Pommerol, de Saint Emilion en Côtes de Blaye, ou Côtes de Bourg.

LES VIGNOBLES ET LE GRAND RIED ALSASIEN

Le vignoble alsacien s’étire en un long et miraculeux ruban de 170 km, de Marlenheim au nord à Thann au sud, descendant les collines, traversant la plaine, grimpant à l’assaut des forêts vosgiennes. Mosaïque aux couleurs des saisons. Fondu enchaîné de paysages pittoresques, de villages chargés d’histoire. Les sentiers y révèlent le travail du vigneron qui communique volontiers sa flamme à qui pénètre dans ses caveaux. Les chemins et petites routes y dessinent des parcours joyeux, croisant les ruines de fiers châteaux, des villages ceints de remparts ne protégeant plus que le bonheur parfait des ruelles fleuries, des winstubs accueillantes, des caveaux en fête, des enseignes baroques, des églises romanes et tant d’autres merveilles. Entre Strasbourg et Colmar, bordé par l’Ill et le Rhin, s’étendent des paysages de prairies inondables et de forêts luxuriantes, c’est le Grand Ried, sillonné de multitudes de cours d’eau où s’épanouit une faune et une flore d’une richesse remarquable. Une Alsace naturelle et vivante où l’eau sculpte des paysages poétiques au gré des saisons.    

COTE DE BEAUNE, COTE DE NUITS

De la Côte de Nuits aux Côte et Hautes-Côtes de Beaune, la «voie triomphale de la Bourgogne” concentre les plus célèbres grands crus. Le long d’un mince ruban de terre aimantée, au sud de Dijon, s’égrène le chapelet des villages viticoles dont le nom s’accompagne fréquemment du “clos” le plus réputé de leur commune : Gevrey-Chambertin, Nuits-StGeorges, Vosne-Romanée… Au plaisir des dégustations et visites de caves quotidiennes se mêle la griserie de paysages de rêve, parfois austères, souvent contrastés. Châteaux, églises, hospices, abbayes cisterciennes… témoignent, quant à eux, d’un passé prestigieux que la tuile vernissée saupoudre d’or et de poésie.

COTEAUX ET VIGNOBLES DU JURA

Le vignoble du Jura est implanté sur près de 80 km, à une altitude comprise entre 200 et 450 mètres, sur les versants du rebord occidental du plateau et sur les versants les mieux exposés des collines en avant du plateau. D’Arbois au Sud Revermont, en passant par Poligny, l’Etoile, les Coteaux Lédoniens et de la Haute-Seille… il produit de prestigieuses AOC : Côtes du Jura, Château-Chalon, l’Etoile, Arbois (qui abrite la maison-laboratoire de Louis Pasteur) auxquels il faut ajouter le macvin (et le liquoreux vin de paille produit avec des raisins desséchés. Poligny, capitale du Comté et ancien Bastion des Comtes de Bourgogne possède un riche patrimoine architectural. Les Reculées de Blois-sur-Seille ou de Baume-les-Messieurs sont inscrites au réseau européen Natura 2000. Baume-les-Messieurs et son abbaye impériale ainsi que Château-Chalon dressé sur son éperon rocheux sont classés Plus Beaux Villages de France. Salins-les-Bains dont les profondeurs recèlent d’eau salée est à l’origine d’une exploitation et d’un vaste commerce de l’Or Blanc qui a perduré pendant 1200 ans. Cette activité a laissé dans la ville un patrimoine remarquable avec la Grande Saline classée au patrimoine de l’UNESCO en 2009. En 1775, Louis XV, décide d'édifier un nouvel espace de production pour compléter l'activité salinoise. Le projet est confié à son architecte, Claude-Nicolas Ledoux, qui choisit la plaine d'Arc-et-Senans. La saline royale d'Arc-et-Senans resta en activité jusqu'en 1895,